Ruche observation
En passant

Page Matériel Apicole

J’ai publié il y a quelques jours une rubrique dédiée à la lecture de livres et articles. Quand, l’apiculteur débute dans ce domaine si excitant, il s’aperçoit non seulement de la grande variété des termes, techniques et philosophies, mais également du matériel pléthorique relatif au ruches, ruchers et abeilles.

Du coup, une petite rubrique sur le matériel apicole semble intéressante. Parfois, il y a un produit dont le fonctionnement peut paraître facile, ou au contraire, nécessite une recherche sur le net…  Cette rubrique n’est pas qu’à destination des novices dans le domaine, elle a aussi pour ambition de faire part de mes expériences bonnes, mauvaises ou mitigées.

J’ai publié des articles consacrés au matériel apicole :

Peinture Ruche

Abreuvoir

A bientôt!

Publicités
Couleur lavande

Peinture Ruche

La protection du bois d’une ruche a un impératif : sa compatibilité avec les abeilles. Cela exclut du coup nombre de peintures, lasures et autres produits du commerce. Mais, le choix de revêtements reste assez vaste :

  • Peinture écologique Linéa. C’est celle que j’ai utilisé pour peindre mes ruches. Les tons sont dans les pastels. Il y a 10 coloris au choix (anis, olive, citron, lavande,…). Il faut 2 couches, la première diluée dans un peu d’eau (5%) et une heure plus tard, il est possible de passer la deuxième couche. Bien entendu, c’est à base de composants écologiques. Et j’ai particulièrement apprécié la facilité d’application (et de nettoyage), et le rendu final. Je peux envisager un rucher comportant des ruches avec des coloris différents, sans trop m’inquiéter de la dérive de mes abeilles.
  • huiles végétales : l’huile de lin a la préférence en raison de son absence d’odeur et la teinte naturelle du bois. Le bois prend une patine grisée au bout de 3 ans. L’opération nécessite de chauffer l’huile et de laisser tremper chaque face 20 minutes. Penser à les « personnaliser » si le rucher n’est composé que ruches traitées à l’huile de lin et si l’espèce d’abeilles est sujette à la dérive.

    IMG_7609

    Ruche huile de lin

  • Thermopeint : peinture avec de l’aluminium qui réfélechit une partie des rayons UV l’été. Superbe rendu. Attention à la dérive des abeilles s’il y a plusieurs ruches et si la race est connue pour sa propension à la dérive.

    thermopeint

    ruches en Provence – thermopeint

  • Lasure et autres peintures. C’est une lasure pour bois applicable au pinceau et/au rouleau. Les coloris sont plutôt vifs. C’est donc également un choix personnel. Il en existe de plus coloré encore! Un rucher harmonieux sans trop de soucis de dérive.

    lasure-naturelle-galtane-a-base-d-huiles-vegetales

    Lasure pour ruches

  • Peinture suédoise. C’est une peinture à confectionner soi-même et les pigments sont variés.
  • Il existe aussi la cire d’imprégnation dont la mise en œuvre est un peu plus compliquée. Le but consiste à faire pénétrer de la cire en profondeur. Le bois est totalement imbibé et développe du coup une étanchéité à l’eau – et garde une couleur naturelle.

Ainsi question protection du bois de nos ruches, il s’agit surtout d’une question de goût et de temps de l’apiculteur. Du moment que le revêtement est protecteur de notre insecte, plusieurs options existent. Toutes exigeront un traitement de « rénovation » après quelques années passées à subir les caprices de Dame nature. Il y a aussi une question de coût et encore, cela dépend aussi du nombre de ruches à protéger.

Voici les prix :

  • linéa : 14,90€ le litre ( ou 38€ les 3 litres)
  • thermopeint : 20€ le litre (ou 80€ les 5 litres)
  • écologique aluminium : 25 € le litre
  • lasure naturelle : 24€50 le litre
  • huile de lin : 5,95 € le litre ( ou 16,50 € les 5 litres)
  • Cire d’imprégnation: 23 € les 4,6 kg
  • peinture suédoise : confection à faire soi-même.

Le Rucher – Patrick Chanaud

Le Rucher de Patrick CHANAUD

Editions Edisud – 95 pages

Pour un 29 février, je vous propose de découvrir le petit ouvrage de Patrick Chanaud, Le Rucher.

Livre - le rucher

Le Rucher

Il s’agit d’un petit guide qui s’attache à donner les premiers conseils d’installation de son premier rucher. Ce court livre est clairement destiné aux novices. Il se distingue de l’apiculture en général – qui englobe plusieurs aspects – par la seule vision « rucher ». Le distingo dans cela n’est pas évident à faire , et je vais m’efforcer d’éclaircir ces notions.

Après une courte introduction, le lecteur dispose de 9 parties dédiées à :

  • La recherche de l’emplacement : très succincte et pas assez complète, c’est un critère fondamental pour la réussite en apiculture. Elle a le mérite d’exister.
  • L’aménagement du terrain : court, mais l’essentiel est dit.
  • Le choix des ruches : complet sur le plan technique, il y a même les schémas et côtes pour construire soit-même son matériel.
  • La mise en place des ruches : très court et un poil redondant, mais, cela suit une logique dans le déroulement des opérations pour installer son premier rucher.
  • Le matériel pour débuter : c’est une partie que l’on ne trouve pas forcément partout. Généralement, ce sont les protections et l’enfumoir, le lève cadre, le matériel de récolte qui sont mentionnés dans les ouvrages dédiés à l’apiculture. Dans ce petit guide, l’auteur donne également des conseils sur l’entretien des ruches et cadres, l’équipement et outillage nécessaires. Bien vu!
  • Le peuplement et le suivi des ruches : partie de nouveau succincte, mais ce n’est pas l’objet propre de ce guide. Les notions principales sont présentes.
  • L’entretien du rucher et de ses ruches : logique et bon sens.
  • La récolte : comme précédemment, ce n’est pas le propos ici.
  • La vie du rucher au fil des saisons : un rappel des opérations techniques et d’entretien à faire en fonction des mois et périodes de l’année.

Voilà, l’aperçu du contenu de ces pages. Ce guide est orienté technique et matériel au niveau du rucher, et non pas dans le sens « berger des abeilles« , organisation du cheptel, soins aux colonies. Même si ces notions sont abordées, elles le sont de manière légères et pas toujours complètes, c’est plus un rappel ou une invitation à approfondir ces points. ces carences apparentes ne le sont pas car ce n’est pas le propos du livre. L’apiculteur amateur ou novice qui cherche un guide sur la conduite du rucher ne trouvera pas forcément satisfaction avec cet ouvrage. En revanche, pour toute connaissance technique sur le matériel et la ruche en tant que telle, c’est une bonne pioche pour débuter.

Il y a également de nombreuses photos et des illustrations. Belle qualité de papier.

Photo abeille : Sandrine Berjonneau